Sign in / Join

Les dernières avancées en matière de médicaments pour la santé

L’être humain n’est jamais assez à l’abri des maladies. Mal traitées, ces maladies multiplient rapidement les cas de décès dans le monde. Pour contrer cela, de nouvelles avancées ont été constatées en matière de médicaments pour un traitement plus efficace. Zoom dans cet article sur quelques-unes d’entre elles.

Médicaments contre le cancer du sein

Depuis plusieurs décennies, le médicament trastuzumab s’utilise pour traiter le cancer du sein. Ce produit était toutefois réservé aux patients présentant des tumeurs et exprimant le gène HER2. Pour pallier ce fait, de nouvelles études mettent en lumière un nouveau médicament qui pourra désormais être utilisé. Il s’agit du trastuzumab deruxtecan que l’oncologue Romualdo Barroso qualifie de révolutionnaire.

A voir aussi : Les coulisses de la biologie médicale : zoom sur les franchises de laboratoires innovantes

En effet, le trastuzumab deruxtecan est un anticorps monoclonal. Il peut donc être utilisé pour prévenir le cancer du sein et le traiter. Dans son fonctionnement, il s’associe aux récepteurs retrouvés au niveau de la surface des cellules cancéreuses. Deux effets peuvent en résulter. Le premier vise à alerter le système immunitaire de la présence du cancer qui sera donc vu comme une menace. Le second effet permettra au deruxtecan, c’est-à-dire la seconde partie du médicament, de détruire la tumeur de l’intérieur en envahissant les cellules malades.

Médicaments contre le diabète

Depuis plus de 100 ans, l’insuline s’utilise pour traiter le diabète. Il fait d’ailleurs partie des médicaments essentiels de l’Organisation Mondiale de la Santé. Malheureusement, on constate sur le marché de vente une offre limitée du produit. Cette faible production conduit à des prix élevés, ce qui n’est pas toujours favorable aux malades.

A lire également : Les sites incontournables pour surfer en Bretagne et profiter des bienfaits sur le corps

Pour cette raison, de nouveaux médicaments analogues de l’insuline sont proposés pour augmenter l’accès à un traitement contre le diabète. Entre autres, on a : la canaglifozine, l’empagliflozine et la dapagliflozine. Ces médicaments offrent aux patients plusieurs avantages cliniques en raison de leur longue durée d’action. Ainsi, il sera possible de contrôler la glycémie sur une période plus longue. Ces médicaments seront pris par voie orale pour réduire le risque d’insuffisance rénale.

Médicaments contre le cancer du rectum

Le rectum est la dernière partie de l’intestin qui peut être atteinte d’un cancer. Pour cela, les nouvelles expériences se sont penchées sur le fait à travers des essais cliniques avec le dostarlimab. Il s’agit d’un médicament autrefois utilisé pour certaines tumeurs, notamment celles qui affectent l’endomètre.

En effet, l’étude réalisée avec le produit a éliminé au bout de six mois toutes les preuves de tumeurs dans le corps des patients suivis. Ces derniers ont alors été mis à l’abri des traitements plus agressifs proposés en cas de cancer du rectum. C’est l’exemple de chimiothérapie, de la chirurgie ou encore de la radiothérapie.

Par ailleurs, on note d’autres avancées en matière de médicaments pour d’autres maladies telles que celles qui proviennent d’une infection. De nouveaux médicaments ont été proposés comme le céfidérocol, des antifongiques à l’échinocandine ou encore des anticorps monoclonaux.

Nouvelles thérapies pour la maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer est une affection neurodégénérative qui affecte le cerveau, causant des troubles cognitifs graves chez les patients âgés. Il n'y a pas de remède pour cette maladie, mais certaines mesures peuvent être adoptées pour en réduire l'impact, comme les nouvelles thérapies.

Les scientifiques ont découvert des médicaments qui peuvent ralentir la progression de la maladie. Parmi eux, on note l'utilisation de médicaments anti-amyloïdes, tels que l'Aducanumab ou encore le BAN2401, commercialisés par Biogen et Eisai. Ces derniers agissent sur les plaques amyloïdes du cerveau responsables de la destruction neuronale dans le cortex entorhinal.

Une autre découverte a été faite avec un médicament appelé LMTX. Ce dernier est destiné à traiter non seulement Alzheimer, mais aussi d'autres maladies liées au vieillissement telles que Parkinson. Sur ce point précisément, il s'agit d'un traitement innovant car il peut impacter plusieurs pathologies simultanément.

Rappelons toutefois qu'il faut rester vigilant quant aux effets secondaires possibles.

Traitements innovants pour la sclérose en plaques

La sclérose en plaques est une maladie qui touche le système nerveux central. Cette maladie auto-immune provoque des lésions dans la substance blanche du cerveau et de la moelle épinière, entraînant des troubles moteurs ou cognitifs chez les patients atteints.

Les traitements actuels pour la sclérose en plaques sont souvent basés sur l'utilisation de médicaments immunomodulateurs, comme l'interféron bêta-1a ou bêta-1b. Ces médicaments ne sont pas toujours efficaces et peuvent causer des effets secondaires indésirables.

Heureusement, il existe aujourd'hui des traitements innovants pour cette maladie. Parmi eux figurent les thérapies géniques telles que Ocrevus et Mavenclad. Ocrevus a été approuvé par la FDA aux États-Unis en 2017 pour traiter à la fois les formes récurrentes-rémittentes (RR) et primaires progressives (PP). Il fonctionne en ciblant un type spécifique de cellule immunitaire appelée lymphocyte B afin d'inhiber leur attaque contre le système nerveux central.

De même, Mavenclad agit aussi sur le système immunitaire mais avec une action plus sélective comparativement à Ocrevus : ce traitement permettrait notamment d'enrayer voire de stopper complètement la progression de certains symptômes graves liés à cette pathologie.

C'est donc grâce aux avancées technologiques que nous disposons désormais d'options supplémentaires pour le traitement de la sclérose en plaques. Ces résultats encourageants ouvrent aussi des perspectives intéressantes pour d'autres pathologies auto-immunes, comme l'arthrite rhumatoïde et le lupus érythémateux disséminé (LED).