Conseils à l’entourage

CE QU’IL FAUT SAVOIR

La négation du problème, appelée déni, est en fait une attitude de défense. Devinant l’ampleur de son problème, la personne n’est pas encore prête à l’accepter et encore moins à y remédier. La honte est trop forte, l’étiquette d’alcoolique insupportable, le malade pense pouvoir gagner seul le combat contre l’alcool. Là où l’entourage ne voit que mauvaise foi ou mensonge, il faut imaginer au contraire une tentative désespérée du malade pour s’en sortir par lui-même.
AVANT LE TRAITEMENT DE LA MALADIE

La perspectivConseil entourage 2e d’une thérapie ne sera pas pour autant acceptée d’emblée. Avant que le malade ne se décide à entreprendre une démarche, il va sans doute s’écouler un temps qui vous paraîtra très long, jalonné de « bonnes résolutions » (non tenues), de crises et de négations du problème.

Soyez patients. Considérez qu’il s’agit d’une étape difficile (probablement la plus difficile), qui est incontournable. (*) Malgré la difficulté de la situation, essayez de vous montrer solidaire, reconnaissez les efforts entrepris, même s’ils sont maladroits et inopérants.

Pendant toute cette période, sachez que vous n’êtes pas obligé… de tout accepter. Vous avez eu le courage de parler d’alcool, vous avez dit vos craintes : vous êtes donc en droit de prendre vos distances quand le malade, sous l’effet de l’alcool, vous rend la vie impossible. Vous êtes maintenant beaucoup mieux placé pour définir de nouvelles limites, dire ce que vous acceptez et ce que vous n’acceptez plus.

Page précédente         Page suivante

Pages : 1 2 3 4 5