Alcool

Cocktails dangereuxbouteilles-2

L’alcool et les produits contenus dans certains médicaments entrent en interaction et leurs effets s’en trouvent modifiés. Cela est particulièrement vrai pour les tranquillisants dont une faible dose accroît de façon notoire l’action de l’alcool (baisse de vigilance). Lire attentivement les avertissements contenus dans les notices explicatives des médicaments.

QU’EST-CE QUE LE TAUX D’ALCOOLÉMIE ?

Il correspond à la quantité d’alcool contenue dans le sang (ou dans l’air expiré). Une alcoolémie de 0,5 g/l signifie que le sujet a 0,5 grammes d’alcool par litre de sang, soit 0,25 mg d’alcool par litre d’air expiré.
L’alcoolémie monte rapidement : le maximum est atteint au bout d’une heure environ si la boisson est prise au cours d’un repas, une demi-heure si on est à jeun. L’élimination est ensuite beaucoup plus longue : l’alcoolémie baisse en moyenne de 0,15 g/l par heure.

En chiffres
  • L’alcool est la substance psychoactive la plus consommée : 7 % des 18-75 ans n’en ont jamais bu[1].
  • 35 % des Français boivent régulièrement de l’alcool, 15 % tous les jours[2].
  • 12,7 l d’équivalent alcool pur[3] (= alcool à 100 %), c’est ce que le Français consomme en moyenne par adulte et par an.
  • 92 000 personnes consultent chaque semaine en cabinet pour un problème directement lié à l’alcool[4].
  • 30 % des accidents mortels de la circulation et environ 15 % des accidents du travail sont imputables à des personnes en état alcoolique.
  • Entre 23 000 et 45 000 décès/an sont liés à l’alcool[5].
  • Depuis Juillet 2015 le taux légal à ne pas dépasser pour les jeunes conducteurs est de 0,2 g/l.

UNE CONSOMMATION MODÉRÉE ?

Pour l’O.M.S. (Organisation Mondiale de la Santé), une consommation modérée d’alcool se situe à moins de 2 verres par jour pour une femme et moins de 3 verres par jour pour un homme, quantités au-delà desquelles les risques de maladies et de troubles du comportement augmentent sensiblement.

Inégaux devant l’alcool

Pour une même quantité d’alcool absorbé, l’alcoolémie est plus forte chez la femme que chez l’homme, pour des raisons essentiellement morphologiques (moindre poids, davantage de tissus adipeux) et hormonales.

Pages : 1 2 3 4 5